Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 09:53

Mon précédent article « « remonter une ascendance malgré un acte de mariage non filiatif » montrait l’intérêt d’étudier la parentèle de nos ancêtres pour pouvoir remonter les générations.

 

Un petit indice peut se révéler capital, n’hésitez pas à lire les actes en intégralité et à les relire plus tard à tête reposée.

 

J’ai deux branches MOTTU dans mon ascendance en frontière Sarthe / Loir-et-Cher.
- Renée MOTTU mariée avant 1655 avec Mathias MAUCLER (parfois dit aussi Mathis ou Mathie)
- Perrine (ou Catherine) MOTTU mariés avant 1647 avec Denis ROUGEAU

 

En lisant les actes MOTTU de Bonneveau (le patronyme MOTTU se transforme parfois en DELAMOTTE), je me suis arrêté sur l’acte de mariage de Michelle MOTTU en 1668 avec Euverte CHEREAU (vue 35/211). L’épouse est dite veuve de Nicolas HENRY et est assistée de Pierre GIGOUL et Renée GIGOUL ses cousins.

 

Le cousin, Pierre GIGOUL, signe ainsi :
 


Des GIGOUL, il y en a beaucoup. Mais, d’après cette signature, on sait que ce cousin de Michelle MOTTU est Pierre GIGOU(L) marié en 1664 à Bonneveau avec Catherine LAMBRON puis en 1677 à Bonneveau avec Michelle CHESNEAU.

 

Pierre GIGOUL est fils de Jean GIGOUL et de Jeanne CROSNIER.

 

Ce couple GIGOUL x CROSNIER a baptisé plusieurs enfants à Bonneveau :

- Julienne GIGOUL en 1623 (vue 134 / 248) dont le parrain est Gilles MOTTU

- Jean GIGOUL en 1627 (vue 147 / 248)

- Renée GIGOUL en 1630 à Bonneveau (vue 154 / 248) dont la marraine est Michelle MOTTU, non mariée

 

2 MOTTU sont parrain / marraine des enfants CROSNIER. La piste du lien familial est donc la bonne.

 

Le 1er mariage de Michelle MOTTU avec Nicolas HANRY n’est malheureusement pas filiatif. Cependant, il y a des témoins. Il a eu lieu en 1655 à Bonneveau (vue 218 / 248).

 

Michelle MOTTU est assistée de Gilles MOTTU, Mathie MAUCLER, Jean GIGOU, Macé et Jean LEBATTEUX, notaire royal à Bessé et Marin LABBE.

 

On retrouve donc Jean GIGOU, le père de Pierre et Renée (ou leur frère ?).

Michelle MOTTU et Gilles MOTTU sont frère et sœur, nés à Bonneveau respectivement en 1617 (vue 120 / 248) et 1625 (vue 142 / 245) de l’union de Gilles MOTTU et Guillemine CHICAN.
Un frère, Jean MOTTU, en 1620 (vue 129 / 248) a pour parrain Jean GIGOU.

Les GIGOU apparaissent dans les actes MOTTU et vice-versa. Le lien de parenté existe bien mais il ne saute pas aux yeux à première vue. Aucun patronyme commun entre les 2 branches permettant de privilégier un angle de recherche.

 



Pierre GIGOUL est seulement dit cousin au second mariage de Michelle MOTTU. Il peut être cousin germain ou cousin plus éloigné.


Je décide donc de rechercher la filiation de leurs parents et remonter le temps dans les registres.

Je trouve le baptême probable de Guillemine CHICAN. Je dis « probable », car nous ne sommes jamais à l’abri d’un cas homonymie.

Guillemine CHICAN, baptisée le 20 décembre 1597 à Bonneveau (vue 63 / 248), est fille de Sylvestre CHICAN et de Varianne. Ce couple a eu des enfants de 1587 à 1597.

Le doute est levé quelques vues plus tard :

Vue 71, Valerianne HALLOUIN (dite veuve de Sylvestre CHICQUAN) se remarie avec Robert CROSNIER le 15 juillet 1601

Vue 75, un acte assez abîmé : le baptême en juin ou juillet 1603 de Jeanne CROSNIER fille de Robert CROSNIER et de Varianne, sa femme.

Ces 2 baptêmes nous indiquent que Guillemine CHICAN (épouse MOTTU) et Jeanne CROSNIER (épouse GIGOUL) sont demi-sœurs.

 


Le lien de parenté entre les MOTTU et les GIGOUL est donc retrouvé grâce à l’étude de la parentèle.

C.Q.F.D.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2020 6 27 /06 /juin /2020 17:01

Voici ma contribution au #defi2706 lancé par Geneatech pour le Salon virtuel de généalogie qui se déroule ce jour 27 juin 2020. Écrire 100 mots avec ce 27 juin comme fil conducteur.
 


Il y a 404 ans, le 27 juin 1616, fut baptisé à Vancé (Sarthe) mon sosa 7498 et 7546, Pierre PARTENAY, premier enfant d’Isaac (26 ans) et Renée ROUSSELET (23 ans) mariés 3 ans plus tôt.

Nommé Pierre comme son grand-père maternel et son arrière-grand-père paternel.

Il s’est marié 2 fois (en 1646 avec Françoise BELLAIR et en 1664 avec Anne RETIF). De ses 2 unions naquirent 11 enfants.

Décédé en 1681 à Lavenay où son frère Michel PARTENAY était prêtre principal du collège (voir notices des curés sur BMS 1668-1700 (suite) vues 151 et suivantes).


Vous pouvez voir l'article qui m'a soufflé l'idée ^^ : cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 15:23

Je constate régulièrement que les personnes sont attachées à l'orthographe de leur patronyme. Cependant, avant l'instauration des livrets de famille vers 1870, les noms de famille ont pu évoluer avec plus ou moins de variantes.

Il y a des variations simples à comprendre, où la prononciation du nom reste identique comme par exemple les GAUTIER, GAUTHIER, GAULTIER ...

Sur Cogners, j'ai retrouvé deux familles dont les membres se font appeler indifféremment sous 2 formes de leur patronyme :

HUBERT = DE SAINT HUBERT
ROCHERON = DELAROCHE

Je vais prendre l'exemple de la famille ROCHERON pour cet article en prenant un couple en particulier : Jean ROCHERON marié en 1624 à Cogners avec Françoise CROSNIER.

On constate que d'après les actes de baptêmes des enfants de ce couple, le père est dit aléatoirement ROCHERON ou DE LA ROCHE que ce soit sur Cogners ou Montaillé.

 

Date
Commune
Baptême

Prénom
NOM

Enfant

Prénom

Père

Prénom

NOM

Mère

Parrain / Marraine

06/02/1625

Cogners

Françoise
DE LA ROCHE

Jean

/

P : Julian de la ROCHE frère (?) dudit Jehan
M : Renée fille de Jehan CROSNIER

13/03/1627

Cogners

Jeanne

DE LA ROCHE

Jean

/

P : Mathurin fils de Julien DE LA ROCHE
M : Jeanne fille de Jean CROSNIER

12/10/1628

Cogners

Marie ROCHERON

Jean

/

P : Marin fils de Marin COTHEREAU
M : Jeanne (ROCHERON) femme de Mathurin BRUNEAU

09/01/1631

Cogners

Jean

DE LA ROCHE

Jean

/

P : Jean HUBERT
M : Marie fille de + Jean CROSNIER

02/06/1636

Montaillé

Charles

DE LA ROCHE

Jean

Françoise CROSNIER

P : Charles LE VOYER, Ecuyer, sieur de Boislenfré

M : Catherine VERITE, femme d'Etienne BUSSON, de Saint-Calais

20/02/1639

Montaillé

François

ROCHERON

Jean

Françoise CROSNIER

P : Claude FOUGERAY

M : Madeleine BRETON

 

20/02/1639

Simon

Simon ROCHERON

Jean

Françoise CROSNIER

P : Simon BRAULT

M : Jeanne DENIAU

 

20/02/1642 Cogners

Roberde ROCHERON

Jean

Françoise CROSNIER

P : René ROCHERON
M : Roberde fille de Claude FOUGERAY

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En prenant la génération précédente, on constate que la fratrie du père Jean ROCHERON apparaît aussi indifféremment sous les patronymes ROCHERON ou DE LA ROCHE.

Jean ROCHERON, qu'il soit nommé ROCHERON ou DE LA ROCHE dans les actes, signe DE LA ROCHE.

Une explication probable (ou un pur hasard ?) :
Sa fille Marie ROCHERON née en 1628 à Cogners est décédée le 4.11.1669 à Evaillé ... au lieu-dit La Roche (vue 76 / 240).
Sur cet acte de décès, elle est dite ROCHERON, son père Jean ROCHERON signe J DELAROCHE.
Le premier acte de la même page, on trouve l'acte de sépulture de sa fille Françoise GERBRON, à laquelle assiste son frère Jean ROCHERON qui signe bien ROCHERON contrairement à son père.

Ce lieu-dit de décès pour Marie ("La Roche" à Evaillé) est peut-être un pur hasard, car la famille ROCHERON est plutôt anciennement implantée sur Cogners ... cependant à Cogners, il y a aussi un lieu-dit La Roche. En étaient-ils propriétaires ?

Des actes notariés anciens pourraient peut-être nous donner la solution.

Toute piste est la bienvenue. Merci d'avance.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 10:53

La généalogie est un loisir grisant. On est toujours tenté de vouloir remonter plus haut, cependant les homonymes existent et des coquilles peuvent aussi exister dans les actes. Par conséquent, il convient d’être toujours très vigilant et vérifier / croiser les données trouvées sur des arbres en ligne ou dans les actes eux-mêmes.

En 2013, j’avais écris à 6 généalogistes, car une erreur commençait à être dupliquée sur l’ascendance BOIVIN … Aujourd’hui, il y a 103 résultats sur Geneanet en recherchant le couple Mathurin BOIVIN et Léonarde JOUSSEAUME.

La plupart des généalogistes ayant ce couple ne mettent pas l’ascendance de Mathurin, mais environ 1/3 mettent une ascendance qui est chronologiquement impossible :

 

 

Mathurin BOIVIN et Léonarde JOUSSEAUME ont eu des enfants à Bessé-sur-Braye (72) entre 1589 (vue 120) et 1605 (vu 7). En donnant un âge minimum de 16 ans à Mathurin BOIVIN à la naissance de son 1er enfant connu en 1589, il est donc né avant 1573.

Or, certains arbres indiquent que Mathurin BOIVIN a été baptisé le 27 février 1619 au Lion d’Angers (49) de Jean BOIVIN et Jeanne PATRIN.  Cet acte existe bien au Lion d’Angers (vue 97 / 117), mais il ne peut pas s’agir de notre ancêtre.

D’une part, naître 30 ans après son premier enfant, c’est peu courant wink

 

D’autre part, les 2 lieux sont éloignés (environ 120 Km) … Même si en soit, ce n’est pas impossible puisque nos ancêtres voyageaient plus que nous ne le pensons.

Mathurin BOIVIN (époux de Léonard JOUSSEAUME) n’est donc pas fils de Jean BOIVIN et Jeanne PATRIN. Il semble apparenté à un Julien BOUEVIN (son frère ?, son père ?), parrain de son premier enfant en 1589. Mais pour l'instant, je n'ai pas d'autre indice pour retrouver l'ascendance de Mathurin.

 

Dans les registres de Bessé-sur-Braye, je n’ai pas trouvé d’éventuels liens avec les BOIVIN du Lion d’Angers. A noter qu’il y a d’autres BOIVIN / BOUEVIN sur Bessé-sur-Braye dans ces années-là.
En 1582 (vue 70), on trouve Gatien BOIVIN et sa femme Jeanne RENVOISE.
en 1589 (vue 119) :
- Michel fils de Jean BOIVIN

- Martin fils de + Etienne BOIVIN

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 11:34

Je me suis amusé à regarder les liens de parenté entre mes arrière-grands-parents.

Ils sont tous cousins les uns avec les autres.


Les plus proches cousins sont Ernest SOULARD et Marie LHERMITTE, mariés alors qu'ils étaient cousins du 3 au 4e degré. En effet, ils partageaient pour ancêtre François André LHERMITTE (1770-1848).

Marie LHERMITTE est très proche cousin de son époux, mais elle ne partage avec lui "que" 40 liens de parenté. Par contre, elle partage 78 cousinages avec Albert PAIRIGOIS.

Etiennette GRASTEAU a quand à elle le moins de liens avec mes autres arrière-grands-parents. Elle n'a notamment que 6 liens de parenté avec Henri DORON. Le plus proche lien entre eux deux est un ancêtre né avant 1600 (RENVOISE).

Etiennette GRASTEAU ne partage que 85 liens de parenté avec mes 7 autres arrière-grands-parents. Ceci s'explique par le fait que sa mère est née en Loire-Atlantique alors que mes origines principales sont en Sarthe.

 

Liens de parenté entre mes arrière-grands-parents
Partager cet article
Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 14:00

En 2007, je vous dévoilais quelques statistiques sur ma généalogie.

 

Le record du nombre d'enfants pour un même ancêtre était de 21 enfants et revenait à Guillaume HOGU mon sosa n° 3068 et 6698. Il les a eu avec 2 femmes.

Le record vient d'être battu par mon ancêtre Jacques PELAIS (1678-1744), mon sosa n° 530 et 586. Il a eu (au moins) 22 enfants de 3 femmes différentes (mais il s'est marié 5 fois).

 

silhouettes_enfants.jpg

 

Jacques PELAIS est né le 10 février 1678 à Bouloire (72, Sarthe), de Jean PELAIS et Renée ALLARD - vue 172.

 

Il s'est marié en 1ère noces avec Catherine CHEVALLIER le 24 novembre 1705 à Bouloire (vue 95). Ils n'ont pas eu d'enfant, Catherine meurt 2 mois plus tard le 5 février 1706 à Bouloire (vue 101).

 

Il convole en 2ndes noces avec Geneviève (LE) BRETON le 9 novembre 1707 (vue 129), ils ont eu 5 enfants :


- Geneviève PELAIS, née le 21/09/1708 à Bouloire - vue 144- et mariée le 13/05/1727 Ecorpain avec Philippe COUTURIER)

- Jacques PELAIS, né le 01/04/1710 et décédé le 19/04/1710 à Bouloire (vue 174)

- Anne PELAIS, née le 13/03/1711 à Bouloire (vue 190)

- Renée PELAIS, née le 24/10/1712 à Bouloire (vue 216)

- Pierre PELAIS, né le 25/12/1713 à Ecorpain (vue 96) et décédé le 29/12/1715 à Ecorpain( vue 103)

 

Jacques devient veuf, et se remarie le 2 octobre 1714 à Evaillé (vue 58) avec Marie LE TROUIN. Ils ne semblent pas avoir eu d'enfant ensemble, Marie LE TROUIN décède à Ecorpain le 22 février 1716 (vue 105).

 

Il se marie ensuite avec mon ancêtre Françoise BATAILLE le 21 avril 1716 à Evaillé (vue 78) avec laquelle il aura 13 enfants dont des triplés et des jumeaux, tous baptisés à Ecorpain :

 

- Françoise PELAIS, baptisée le 23/03/1718 (vue 120)

- Marie PELAIS, baptisée le 24/03/1720 (vue 122). Elle se marie en 1742 à Ecorpain avec Claude COCHONNEAU (vue 9)

- Jacques PELAIS, baptisé le 23/11/1721 et décédé le 14/12/1721 (vue 123)

- François, Julien et Jacques PELAIS, triplés baptisés le 9 décembre 1722 et décédés le lendemain (vue 124)

- Jacques PELAIS, baptisé le 11/02/1724 (vue 125)

- Françoise Louise PELAIS, baptisée le 25/03/1726 (vue 126) et décédée le 06/05/1730 (vue 130)

- Anne PELAIS, baptisée le 30/11/1727 (vue 128). Elle se marie en 1748 à Ecorpain avec Jérôme RENVOISé (vue 47).

- Marin PELAIS, baptisé le 25/07/1729 (vue 129) et décédé le 15/09/1734 (vue 135)

- Louise Julienne PELAIS, baptisée le 13/07/1731 (vue 131)

- Julien et Elisabeth PELAIS, jumeaux baptisés le 21/06/1733 et décédés en 08/1733 à Ecorpain. Leur mère décède peu après le 20/12/1733 (vue 133)

 

Jacques PELAIS se marie en dernières noces avec Marie PELAIS le 29 mai 1736 à Ecorpain (vue 140) dont 4 enfants aussi baptisés à Ecorpain :

 

- Marie PELAIS, le 26/04/1737 (vue 144)

- Julienne PELAIS, le 24/02/1739 (vue 154)

- Jacques PELAIS, le 17/12/1741

- François Nicolas PELAIS, le 06/12/1743 (vue 18). Ce dernier se marie le 09/11/1779 à Evaillé avec Constance DUCHESNE (vue 119).

 

Marie PELAIS avait 31 ans en 1743 et aurait pu avoir d'autres enfants avec Jacques PELAIS, mais ce dernier décède le 17 septembre 1744 à Ecorpain (vue 23).

 

silhouettes_enfants.jpg

 

Pour conclure, on peut remarquer que sur les 22 enfants de Jacques PELAIS, à notre connaissance seulement 4 se sont mariés, et 10 sont décédés en bas âge. Il en reste 8 dont nous ne connaissons pas leur destinée.

 


Partager cet article
Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 19:40

Je possède le logiciel de généalogie Heredis 10 Pro et j'en suis satisfait.

 

BSD Concept propose un parrainage avec une nouvelle version gratuite pour le parrain et une réduction du prix d'achat pour le filleul.

 

Si quelqu'un est intéressé, merci de me contacter pour avoir le code parrainage.

 

Nicolas

 

 

Voici l'offre :

 

Pour VOTRE FILLEUL : un tarif très avantageux

Votre filleul reçoit, après validation du formulaire, une offre préférentielle sur Heredis avec plus de 20 % de remise et un abonnement gratuit de 3 mois aux Services + de Planète Généalogie.
Voici le détail de l'offre :

Heredis 11 Pro
  • Heredis 11 Pro en boîte pour Windows à 119,90 € TTC au lieu de 149,90 € soit plus de 20 % de remise - envoi par courrier postal, frais de port gratuits
  • EN CADEAU : 3 mois d'abonnement aux Services Services + de Planète Généalogie (d'une valeur de 14,90 €) - code d'activation à recevoir par email. 

 

OU

Heredis Mac X.3
  • Heredis Mac X.3 en boîte pour Macintosh à 79,90 € TTC au lieu de 99,90 € soit plus de 20 % de remise - envoi par courrier postal, frais de port gratuits
  • EN CADEAU : 3 mois d'abonnement aux Services Services + de Planète Généalogie (d'une valeur de 14,90 €) - code d'activation à recevoir par email.
Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 16:00

Comme vous avez du vous en rendre compte, j'adore faire des statistiques sur ma généalogie.

 

Ouiiii


 

Aujourd'hui, je vous propose "mes plus jeunes mariés". Cette petite analyse m'a permis de détecter des fautes de frappe, donc ça n'a pas été inutile ;-)

 

Jusqu'à la révolution, les filles pouvaient se marier à partir de 12 ans et les garçons à partir de 14 ans. C'est ce qu'on appelle l'âge nubile. Cependant, les jeunes époux devaient avoir le consentement de leurs parents jusqu'à leur majorité matrimoniale. (voir la nuance sur ce site).

 

 

Pour en revenir à ma base généalogique :

 

40 jeunes filles se sont mariées alors qu'elles avaient 14 ans ou moins dont 15 ancêtres.

 

Pour information, je n'ai compter que les individus dont j'ai la date de naissance ou de baptême avec certitude (en considérant que le baptême est généralement très rapide après la naissance). Je n'ai pas pris en considération ceux dont j'ai une date approximative (estimée avec le décès ou le mariage).

 

Les 2 plus jeunes mariées sont :

 

-Marie RICHARD (mon ancêtre). Baptisée le 12 octobre 1676 à Sucé-sur-Erdre (44).

Elle s'est mariée le 15 février 1689 à Sucé-sur-Erdre avec Jean PICHEREAU.
Elle est dite âgée de 13 ans ... elle avait 12 ans et 4 mois.

A 15 ans, elle était déjà veuve. Je descends de son 2e mariage.


- Michelle ROBINEUX

Baptisée le 4 février 1659 à Saint-Calais, fille de mes ancêtres Jean ROBINEUX et Michelle BRAULT.

Elle s'est mariée le 13 juillet 1671 à Saint-Calais avec Pierre BRUNEAU.

Elle est dite âgée de 14 ans ... en réalité elle aavait 12 ans 5 mois et maximum 9 jours.

 

Ces 2 jeunes filles ont épousés toutes 2 un homme d'environ 25 ans.

 

 

Maintenant du côté des hommes :

 

Seulement 9 garçons se sont mariés entre 16 et 17 ans dont 1 seul ancêtre.

 

Le plus jeune s'est marié le jour de ses 16 ans.


Sauf erreur, mon ancêtre qui semble le plus jeune à se marier est Pierre ROUGEAU marié le 26 juillet 1701 à Savigny-sur-Braye (41) avec Marguerite OLIVIER.


J'avais noté qu'il était né le 30 avril 1685 à Savigny-sur-Braye (ce qu'il lui aurait fait 16 ans et à peine 3 mois). Mais il s'agit peut être d'un frère homonyme. En effet, son âge au décès le fait naître vers 1682 ... or un frère aussi nommé Pierre naît le 13 mai 1682.


A savoir si le premier frère a vécu ... et si oui, lequel correspond au mien ;-)



En attendant la mise en ligne des AD41 (qui me permettra entre autres de vérifier ce "cas"), voici le 2e ancêtre marié le plus jeune :


Jacques GERARD

Baptisé le 16 juin 1610 à Sucé-sur-Erdre.

Marié le 21 septembre 1627 à Sucé-sur-Erdre avec Perrine MINIER
Il avait donc 17 ans 3 mois et qq jours.

 

 

les 2 suivants :

- 17 ans et 4 mois : Jacques DENIAU (marié en 1700 à Ballon (72))

- 17 ans 11 mois et 10 jours : François BIGOT (marié en 1727à Sainte-Cérotte (72))

 

 

Vous pouvez lire ou relire un de mes articles avec plus de stats : ICI.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 15:57
Sur Gallica, 947 034 documents sont actuellement consultables, principalement issus de la BNF.

C'est une richesse à portée de clic. Si vous ne connaissez pas ce site, essayez le sans plus tarder en saisissant un patronyme ou une commune de votre généalogie.

Tapez un mot, puis cliquez sur "Lancer la recherche".

En cherchant SOULARD Sarthe, j'ai eu la joie d'y trouver du nouveau sur la branche de mon cousin bagnard ;-)

Comme je l'indiquais sur mes différents articles à son sujet, je lui ai trouvé 4 enfants :

- Marthe Thaïse SOULARD,née le 30 novembre 1873 à Bouloire
- Fernande Louise SOULARD, née le 5 septembre 1876 au Mans
- Blanche Augustine, née le 21 octobre 1877 au Mans (et décédée le lendemain)
- Blanche Augustine, née le 7 janvier 1879 au Mans

Un livre trouvé sur Gallica cite l'ainée des enfant ... une miraculée de Lourdes.


Guide du pélerin et du touriste, Lourdes et ses environs - G. Bonamy (Poitiers) - 1896

En effet, page 78, on y trouve ceci :

Les Annales de Notre-Dame de Lourdes nous signalent un grand nombre de faveurs obtenues en 1895.

Voici les principales : M. Félicien Kruck, âgé de 19 ans, élève au petit séminaire de Vaux (Jura), atteintd'une coxalgie, a vu disparaître son mal après avoir été plongé dans la piscine.

Marthe Soulard, 21 ans, de Bouloirs (Sarthe), paralysée depuis cinq ans, ne pouvait ni marcher, ni remuerles bras. Dès la troisième immersion, elle se rendait allègrement au bureau médical sa guérison étaitconstatée.

...


Bonnes recherches
Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 12:07
Un grand merci à Gilberte. Grâce à son aide précieuse, j'ai trouvé les 2 ancêtres qu'il me manquait pour compléter la 10e génération ... J'ai donc retrouvé mes 1 015 premiers ancêtres.

Vous allez me dire ... "ça ne serait pas plutôt 1 022 ?"

Normalement oui ... mais il m'en manque 7.

En effet, mon ancêtre Louis GEORGE à la 7e génération est né de père inconnu. Il me manque donc :

- 1 ancêtre à la 8e
- 2 à la 9e et,
- 4 à la 10e génération.

Bien sûr, je n'ai pas tous leurs actes de naissances, mariages, décès ... mais en ayant trouvé leurs noms, cela sera plus simple de les chercher ;-).

Pour les générations suivantes, il reste encore pas mal de trouvailles à faire, même si les recherches sont déjà pas mal avancées.

Nombre d'ancêtres manquants :

Génération 11 : 50 (sur 1 024)
Génération 12 : 449 (sur 2 048)
Génération 13 : 2 171 (sur 4 096)
Génération 14 : 6 628 (sur 8 192)
Génération 15 : 15 427 (sur 16 384)


Je pense qu'avec le temps je vais pouvoir compléter jusqu'à la 12e génération ... mais au delà, il y aura irrémédiablement des blancs par absence de registres, absences d'indices suffisants pour localiser une famille venue d'ailleurs ou autres raisons.

En tout cas, il reste de quoi chercher. Je ne suis pas prêt d'arrêter la généalogie ;-)

Pour terminer, la génération où j'ai retrouvé le plus d'ancêtres est la génération 13 ... avec 1893 ancêtres.

Bonnes recherches à toutes et tous.

Nicolas
Partager cet article
Repost0