Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 22:35
J'ai acheté Heredis 9 Pro il y a quelques jours, et j'ai reçu un code pour parrainer quelqu'un.

fleche Pour le filleul

Une occasion exceptionnelle de passer à HEREDIS

HEREDIS 9 PRO à 99 € seulement (tout de suite, par téléchargement), soit une économie de 25 €

+ la mise à jour HEREDIS v.10 gratuite  (par téléchargement, 2ème trimestre 2008)

Soit un cadeau d'une valeur de 49,90 €


Voici l'offre :
ICI

Si quelqu'un est intéressé, qu'il me contacte pour avoir le code parrainage. Offre valable jusqu'au 16 mars 2008.
Partager cet article
Repost0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 18:03
Une petite video pour l'humour :-)

ICI

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 16:30
Nos ancêtres, qu'ils soient modestes ou aisés, se déplaceaient plus qu'on ne le pense. Parfois, nous avons des difficultés à retrouver leur ascendance, car leurs origines ne sont pas toujours indiquées dans les actes de la paroisse d'arrivée.

C'est le cas d'un de mes ancêtres, Jacques MARGA (ou MARGAT ou encore MARGARD selon les actes) qui se marie en 1715 à Vancé (72) et en 1746 à Conflans-sur-Anille (72).

Lors de son premier mariage, il est dit âgé de 30 ans, paroissien de Conflans, et fils de + Jacques MARGA et de Renée HUBERT. Celle-ci avait passé procuration de Mre VACHER, notaire à Saint-Aubin le 15 mai 1715.

Les Saint-Aubin, ce n'est pas ce qu'il manque. A tout hasard, j'avais regardé dans l'index des notaires de la Sarthe aux Archives Départementales ... mais pas de Mre VACHER.

En Sarthe, il pouvait s'agir de Saint-Aubin-des-Coudrais ou au pire La Chapelle-Saint-Aubin. En fait, il fallait penser à Saint-Aubin-le-Dépeint (37) dans le département limitrophe de l'Indre-et-Loire.

Après quelques recherches, j'ai trouvé que Jacques MARGA avait été baptisé à La Bruère-sur-Loir (72) le 26 février 1687.

La Bruère-sur-Loir et Conflans-sur-Anille sont séparés d'environ 50 Km. Vancé se situe entre les 2 communes.

carte-marga.jpg


En consultant les registres de La Bruère-sur-Loir, j'ai commencé à comprendre pourquoi les MARGA ont migrés.

Les parents de Jacques MARGA, a savoir Jacques MARGA et Renée HUBERT, habitaient La Bruère-sur-Loir où la famille De MARANS demeurait au château de "la Gasnerie" (ou Gagnerie).

En effet, Maximilien de MARANS, époux d'Hélène DRAIN,  était seigneur de la Gasnerie et de la Loutière. Une de leur fille, Louise-Marguerite, se maria à Conflans-sur-Anille en 1709 avec Charles Benjamin de VANSSAY, seigneur de la Barre.

C'est donc très certainement par cette famille que Jacques MARGA à migré à Conflans-sur-Anille.

Cette hypothèse semble se confirmer par deux autres indices sur l'acte du premier mariage de Jacques MARGA en 1715 à Vancé avec Anne MENARD :

- la présence de Charles Benjamin de VANSSAY
- l'épouse est dite demeurante au Logis de la Loutière.

Or, comme nous l'avons vu plus haut, la Loutière appartenait à Maximilien de MARANS.

Voici ce que j'ai trouvé sur un article concernant la commune de Cogners dans un Bulletin de la société d'agriculture, sciences et arts de la Sarthe :

"Le fief de la Loutière, dont une partie s'étendait sur la paroisse de Vancé, était tenu au XVIIè siècle par les de Marans.
"L'ancien manoir seigneurial a été remplacé, de nos jours, par une simple maison bourgeoise.
"La Chapelle, dédiée à Saint-René par René de Marans de la Loutière, son fondateur, en 1666, était à la présentation de l'aîné de cette noble famille.
"C'est dans ce château qu'est né l'Abbé Lebreton de la Loutière, connu pour ses poésies."
 


Il est toujours possible d'imaginer les raisons des migrations ... mais pas toujours facile de le certifier.

Bonnes recherches d'indices.

Sources :
- la Base Roglo
- le site de Jean-René BECKER sur la Bruère-sur-Loir
- "Bulletin de la Société d'agriculture, sciences et arts de la Sarthe - 1849" (consulté sur Google Books
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 16:27

Sur un des Yahoo groupes généalogiques auquel je suis inscrit, une demande a retenu mon attention même si je n'ai pas pu y répondre.

Je la recopie ici au cas où l'un d'entre vous aurait des idées pour rechercher son ancêtre :

bonjour

je viens rechercher votre aide , afin de comprendre ou rechercher mon ancetre ; voici se que je connais de lui :

il s'appelle ADELLE thomas , il etait journalier
x a jeanne angelique LINOTTE (originaire de marville les bois)(pas trouvé le x)
il est + le 11.06.1834 a chene-chenu
je lui connait 5 enfants , tous ° a chene - chenu

moi je descend de son fils guillaume isidore
° 05.01.1810 a chene-chenu
x 21.05.1834 a chene-chenu avec PEAN marie madeleine josephine
+ le 24.08.1866 a fruncé

jusqu'ici tout est normal , mais a partir de la ça se corse

je m'explique :

pierre ferdinand prudent ADELLE (fils de guillaume et PEAN josephine) est ° le 30.05.1837 a st denis des puits et il est + 30.07.1837 a st denis des puits sur cette acte de + il y cette annotation au sujet de son pere

annotation : Guillaume Isidore ADELLE : autrichien non naturalisé, né au Chêne Chenu.

c'est la seul fois ou l'on me parle de nationalité ;j'ai bien retrouvé l'acte de naissance de guillaume isidore , mais rien sur cette nationalité autrichienne;

sur le + de thomas ADELLE , il est mentionné entre parenthèse : ETRANGER

je ne trouve rien sur thomas ADELLE , avez-vous une idées pour moi , car la je ne sais plus ou chercher pour le trouvé


Merci d'avance pour Isabelle dont vous pourrez retrouver les coordonnées sur son arbre geneanet (http://gw.geneanet.org/isabelle3).

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 11:50
Les AD53 ont mis sur leur site annexe un acte à la disposition du public contenant, semble t-il, une phrase en grec.

Quelqu'un saurait t-il me dire s'il s'agit bien de grec ? Et si oui, quelle en est la traduction ?

D'avance merci.

L'acte est disponible ici.
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 23:00

Mes 12 années de recherches généalogiques m'ont permis de trouver de nombreuses données. Certaines sont informatisées et d'autres sont encore sous forme de notes manuscrites ... mes étagères se plaignent :-)

Actuellement, j'ai saisi un peu plus de 46000 individus.


J'adore regarder les statistiques que me proposent mon logiciel (HEREDIS).

En voici quelques unes :


* Nombre d'ancêtres : 6687 (dont certains reviennent plusieurs fois, soit seulement 5228 individus distincts)
Ce qui fait un pourcentage d'implexe d'environ 22 %.

Parmi les ancêtres qui reviennent le plus souvent dans mon ascendance, certains reviennent :
- 6 fois : Gilles LAMBRON x Perrine CRUCHET
- 5 fois : Bienheureux LEROUX x Etiennette BRETON


* Nombre d'individus ayant plus de 15 enfants :
24 (dont 14 ancêtres)
Le record revient à mon ancêtre Guillaume HOGU (1616-1691) qui a eu 21 enfants (de 2 lits).
Dans ma base, le plus grand nombre d'enfants d'un même couple est 19.


* Nombre d'individus ayant contracté plus de 4 unions :

- 4 unions :
 18
(dont 10 ancêtres)
Le minimum entre le premier et le cinquième mariage étant de 24 ans, soit moins de 5 ans par mariage.

5 unions : 2
(tous 2 mes ancêtres)
Le minimum entre le premier et le cinquième mariage étant de 24 ans.


* Longévité (nombre d'individus) :

00 - 09 ans : XXXXXXXXXXXX 1220 (dont 906 de moins de 2 ans : forte mortalité infantile)
10 - 19 ans : XX 182
20 - 29 ans : XXXXx 450
30 - 39 ans : XXXXXXXx 738
40 - 49 ans : XXXXXXXXXXXx 1132
50 - 59 ans : XXXXXXXXXXXXXXXx 1545
60 - 69 ans : XXXXXXXXXXXXXXXXX 1678
70 - 79 ans : XXXXXXXXXXXXXX 1411
80 - 89 ans : XXXXXXXX 780
90 - 99 ans : XX 182
+  100 ans  : x 14


* Ecart d'âge entre époux (nombre d'individus) :

> 20 ans : 228 individus
> 30 ans : 58 individus
> 40 ans : 16 individus
> 50 ans : 6 individus (maximum 56 ans pour mes collatéraux, et 52 ans pour mes ancêtres)

Autres articles de statistiques :

- les jours de mariages : ICI
- les mois de mariages : ICI
- les prénoms de nos ancêtres : ICI


N'hésitez pas à partager vos statistiques ... J'attends vos commentaires :-)

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 11:56

Vous pouvez peut-être m'aider :-)

 

Merci aux généalogistes des départements de la Loire (42), de l'Isère (38), du Rhône (69) ou environs de lire les quelques lignes suivantes :

 

Je descends de Benoît BESSON, Scieur de Long, qui s'est marié en deuxièmes noces le 27.11.1700 à Tresson (72) avec Marie GOT. Je descends de cette deuxième union. Il était âgé de 50 ans et veuf de Marguerite BAYE (ou BAYé, BAHIER ...).

 

N'ayant pas trouvé le premier mariage sur Tresson ni le décès de la première épouse ni le moindre indice sur l'origine de cet ancêtre, j'avais laissé cette branche de côté ...

 

... jusqu'à la semaine dernière où j'ai retrouvé dans la même région et même période, le mariage d'un autre Benoît (Benoît AYEL), aussi Scieur de Long. Ce dernier venait de Saint-Nizier-de-Fornas (42) et il y était né en 1693.

 

Je m'aperçois que j'ai très peu de Benoît (10 Benoît nés avant 1900 sur les 45000 individus de ma base de donnée) et que, par contre, ce prénom est beaucoup donné dans les départements situés autour de la Loire (42).

Je regarde alors sur geopatronyme la répartition des BESSON sur le territoire français, et je m'aperçois qu'il y en a énormément dans le Rhône et la Loire. Voir CARTE.

Sur ce secteur, je regarde donc le magnifique site
Geneagier. Je sens que je m'approche de la vérité en trouvant plusieurs naissances de Benoît BESSON mais impossible de dire si l'un d'entre eux est bien mon ancêtre.

Avec cette nouvelle piste, je décide de reprendre la lecture de l'acte du deuxième mariage de mon ancêtre, Benoît BESSON.

Il est dit assisté de :

- Jacques GASNIERE, son cousin remué de germain

- Simon DUPIN

Je décide donc de chercher le mariage de Jacques GASNIERE.

Il se marie le 17 août 1690 à Tresson (72) avec Anne ESNOU
et en deuxièmes noces le 26 mars 1698 à Tresson (72) avec Anne DENICHAU.

Malheureusement, pas de lieu d'origine dans l'acte, cependant on y apprend qu'il est fils de Mathieu GASNIERE (ou GANIERE) et de Marguerite GOUNON. Grâce à Généabank, j'ai retrouvé ces derniers. Ils se sont mariés à Bas-en-Basset (43) en 1653. Par contre, le mariage est non filiatif.

Jacques GANIERE était aussi Scieur de Long. Il est certainement arrivé en Sarthe avec son cousin, Benoît BESSON.

Ils sont aussi venus avec le frère de Benoît, Claude BESSON (° vers 1632 et décédé le 16 septembre 1709 à Bouloire -72), et Antoine BESSON (le fils de Claude) qui lui est décédé le 27 novembre 1738 à Tresson (72).

Malheureusement, je n'ai rien trouvé sur Benoît BESSON sur Généabank, Geneal42 ou Geneal43.

En résumé, je cherche un BESSON qui a eu au moins 2 fils :
- Claude, ° vers 1632
- Benoit, ° vers 1650

et qui est cousin germain (ou sa femme) de Mathieu GASNIERE ou de Marguerite GOUNON. Leur mariage est non filiatif, mais apparemment, ils auraient passé un Contrat de mariage devant Me RICHARD de Saint-Hilaire(-Cusson-la-Valmitte).


Pour information, certains descendants de Benoît BESSON s'appellent BESSON, d'autres PESSON et d'autres PESSON dit BESSON. Serait-ce une déformation du nom BESSON dit PASSOT que j'ai retrouvé dans le 69 sur geneanet ?

Si vous avez des pistes (que ce soit du côté BESSON x BAYE ou du côté GASNIERE x GOUNON, je serai bien sûr très intéressé. D'autant que mon parrain (oncle par alliance) en descend en ligne directe par les hommes.

D'avance un grand merci.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 19:00

En faisant la descendance de la famille GEFFRAY de Sucé-sur-Erdre (44), je suis tombé sur un couple qui a eu 10 enfants entre 1834 et 1850 : François BERTAUD marié en 1832 avec Louise GEFFRAY.

Cette famille semble avoir été victime d'une épidémie. En effet, en l'espace d'un mois en 1851, 8 enfants et leur mère sont décédés :

- 16 septembre 1851 à 14 h : décès de Jules BERTAUD, 3 ans

- 20 septembre 1851 à 7 h : décès de Alexis BERTAUD, 5 ans

- 21 septembre 1851 à 19 h : décès de Marie BERTAUD, 7 ans

- 21 septembre 1851 à 19 h 30 : décès de Pierre BERTAUD, 14 ans

- 22 septembre 1851 à 3 h : décès de Louise GEFFRAY, femme BERTAUD, 38 ans

- 22 septembre 1851 à 14 h : décès de Clémence BERTAUD, 12 ans

- 23 septembre 1851 à 16 h : décès de Constant BERTAUD, 10 ans

- 8 octobre 1851 à 4 h : décès de Anne Françoise BERTAUD, 11 mois

- 13 octobre 1851 à 4 h : décès de Jean Marie BERTAUD, 16 ans

Le couple a eu 2 autres enfants :

- Julien BERTAUD, né en 1843, décédé à 1 mois.

- François BERTAUD, né en 1834, qui décèdera célibataire en 1879.

Triste histoire !!! 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 10:00

Les registres paroissiaux (contrairement à l'Etat-Civil) n'indiquent pas toujours les lieux-dits de domicile de nos ancêtres.

 

La recherche des baux (ou des actes de vente dans le cas de propriétaires) dans les minutes notariales permet d'en savoir plus sur les domiciles de nos ancêtres. En effet, ils pouvaient donc déménager tous les 3, 6 ou 9 ans (en général) en fonction de la durée de leurs baux (bail).

 

Mon grand-père maternel est né à "La Hézardière" à Conflans-sur-Anille (72). Ses parents étaient cultivateurs et locataires.

 

Le site http://www.geoportail.fr/ permet de regarder les lieux-dits de nos ancêtres via les cartes IGN ou la vue aérienne, voir de faire un mélange des 2 images :

L'Hôpital de Saint-Calais était propriétaire de La Hézardière et l'a mise en vente en 1951, date à laquelle mon grand-père et ses frère et soeur ont acheté conjointement la ferme.

 

De mémoire familiale, mon grand-père me disait que ses ancêtres y habitaient depuis 500 ans. D'ailleurs, Louis CHERON, dans sa monographie sur Conflans-sur-Anille (1976), indiquait : "Dans la commune, plusieurs fermes, qui appartenaient à l'hospice de Saint-Calais, sont occupées depuis plusieurs siècles par les descendants des mêmes familles : ainsi la Perrerie et l'Hizardière (sic)".

La recherche des baux m'a permis de confirmer au moins 2 siècles d'occupation de La Hézardière par les ancêtres maternels de mon grand-père. Voici quelques uns des baux retrouvés :

Bail du 01/10/1896 (Mre Louis René GERVAISEAUX, Notaire à Saint-Calais) au profit de Mr Henri BEAUNEE pour 16 ans à compter du 01/11/1897.

Bail du 14/03/1833 (Mre Jérôme QUANTIN, Notaire à Saint-Calais) au profit de François BEAUNEE et Louise VIVET, sa femme, pour 4 ou 8 ans à compter du 01/11/1833.

BAil du 26/10/1789 (Mre TIRONNEAU, Notaire à Saint-Calais) au profit de René BEAUNEE et Louise PERIGOIS, sa femme, pour 3 ou 6 ans.

Bail du 19/06/1751 (Mre TIRONNEAU, Notaire à Saint-Calais) au profit de Louis BEAUNEZ et Anne MARGA, sa femme, pour 6 ou 9 ans à compter du 01/11/1751.

Les actes de vente sont aussi très intéressants car ils permettent de connaître les propriétaires précédents. D'acte en acte, il est possible de reconstituer l'histoire de la maison.

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 11:30

Bonjour tout le monde,

Un cousin germain de mon père possède une plaque de cheminée en fonte sur laquelle il aimerait avoir des renseignements.

Voici ce que je lis sur le contours : "TESTVM ADIVTORVM A DNO QVI SALVOS FACIT RECTOS CORDA".

Le blason central comporte 3 pattes (d'aigle ?) et d'une croix. Il est surmonté d'un Heaume, et entouré de 2 lions (ou léopard ?) tenant une Croix (de Saint-Louis ?).

Si cett plaque vous inspire, merci d'avance pour tout renseignement compélmentaire.

Partager cet article
Repost0