Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 18:00

A l’heure des voitures, du GPS et d’Internet, nous avons du mal à imaginer comment nos ancêtres pouvaient voyager et communiquer au temps des chevaux.

Je ne vous parlerais dans cet article que du transport par voie routière, et pour commencer, voici un petit historique du réseau routier français.

Après la chute de l’Empire Romain, les nombreuses voies romaines partiellement pavées, qui avaient été construites par vocation militaire, se dégradent petit à petit.

Au Moyen Âge, la France possède simplement des routes régionales et des chemins plus ou moins bien entretenus. En 1552, Charles ESTIENNE édite « La Guide des chemins de France » (
disponible sur Gallica).



Pour parler "local", on y retrouve notamment le chemin de Nogent-le-Rotrou au Mans (qui correspond à la feue RN23).

Il faudra attendre1728, avec la création des Ponts et Chaussées, pour avoir un réseau routier national bien entretenu et qui ne cessera de se développer jusqu’à nos jours.


 

Divers professionnels et institutions se partageaient le transport des voyageurs, lettres et marchandises sous l’ancien régime : postes aux chevaux, poste aux lettres, messageries universitaires et royales, coches, carrosses, diligences…

 

La réglementation sur ces diverses professions n’a cessée d’évoluer et fut complexe. Pour résumer et faire simple, voici les droits qu’ils avaient :

 

Les messagers : les messageries furent crées au XIIIe siècle, intitialement, pour répondre au besoin d’une communication régulière des étudiants de l’Université de Paris et leurs familles. Ils étaient tenus d’avoir des départs réguliers et annoncés, et pouvaient transportés de plein droit les correspondances des particuliers (jusqu’en 1719 seulement), des voyageurs et des marchandises (uniquement dont le poids est inférieur à 50 livres).

 

Les voituriers ou rouliers : Ils ne pouvaient transporter que des marchandises au-delà de 50 livres. Contrairement aux messagers, ils ne pouvaient pas annoncer de destinations ni de départ.

 

Les coches et carrosses : Ils ne pouvaient transporter que des voyageurs.

 

La poste aux lettres : Elle transportait les correspondances des particuliers, dont elle obtient le transport exclusif à partir de 1719.

Pour aller plus loin,  je vous conseille de lire « Le maître de poste et le messager » de Patrick MARCHAND (2006) :




Lors de mes recherches, j'ai retrouvé différents professionnels du transport en Sarthe, dont je vais vous dresser une liste ci-dessous. Elle n'est pas exhaustive, donc n'hésitez pas à me communiquer ceux que vous auriez pu croiser.

Voici une carte pour illustrer cette liste :



 


Saint-Calais
à Paris

BONNEFOY Jean, Messager de Saint-Calais à Paris (1670)
BRUSLON Pierre, Messager de Saint-Calais à Paris (1669-1676)
FOREAU Ambroise, Marchand voiturier, messager de Saint-Calais à Paris (1637)
LE PAGE Pierre, Messager de Saint-Calais à Paris (1652-1663)
VILHASTEL Jacques, Messager de Saint-Calais à Paris (1651-1657)


Saint-Calais
à Tours

BONNIOT Julien, messager de Saint-Calais à Tours (1667)

Le Grand-Lucé
à Paris

L'HERBETTE Macé, Messager de Paris (1612)

 

 

Le Mans à Angers
PERRIGNE Claude, Messager ordinaire du Mans à Angers (1678)
PERRIGNE Jean, Messager du Mans à Angers (1673)

 

 

Le Mans à Orléans

CHARLOT Julien, Marchand messager du Mans à Orléans (1705)
DE LA NOE François, Messager du Mans à Orléans (1682)
GORMIER Etienne
, Messager du Mans à Orléans (1714)
LE BATTEUX Mathieu, Marchand messager du Mans à Orléans (1651)


Le Mans
à Paris
GOUSSAULT Thibault, Messager ordinaire de Paris au Mans (1689)

Autres familles de messagers Le Mans-Paris : COUSTARD, EPIEAU, GUIOT

Le Mans à Rouen
HUBERT Pierre, Messager du Mans à Tours (1639)

 

 

Le Mans à La Ferté-Bernard


Le Mans
à Tours

HUARD François, Directeur des messageries du Mans à Tours (vers 1780)

HUBERT René, messager de Tours (1643)


Le Mans
à Saumur
POIRIER Denis, Messager du Mans à Saumur (1744)


Château-du-Loir
à Paris
PREVOST Jacques, Messager ordinaire de Château-du-Loir à Paris (1687 ou 1688)


Beaumont-sur-Sarthe
à Mamers

LE GENDRE Gervais, Messager de Beaumont à Mamers (1671)


Beaumont-sur-Sarthe
à Le Mans

BRISSARD François, Messager de Beaumont au Mans (1700)


Fresnay-sur-Sarthe
à Le Mans

PICHER, Messager de Fresnay au Mans (1786-1787)


La Flèche
à Tours

VAIDIE Jacques, Messager de La Flèche à Tours (1646)


Le Mans

GORMIER Julien, Maître de la poste aux chevaux au Mans (1773+) 


Château-du-Loir
MAFFRE Pierre
, Directeur des postes et messageries de Château-du-Loir (vers 1763-1765)

Partager cet article

Repost 0
Published by cocojobo - dans Professions
commenter cet article

commentaires

mam'elix 22/10/2009 23:21


Bonsoir
Grâce à Gaby membre de votre communauté "Mes aïeux" je découvre ce blog! Mon blog est consacré aussi en partie à ma généalogie, et j'ai parmi mes ancêtres des maïtres de poste en Anjou. J'ai lu
aussi la description du métier de "maître d'écoles"eh bien il ne semble guère avoir changé jusque vers les années 50 quand mon grand-père (dont je parle aussi sur mon blog) enseignant en école
privée catholique, a pris sa retraite!
Je reviendrai lire d'autres articles.
Bonne fin de soirée


cocojobo 06/11/2009 08:59


Bonjour Mam'elix,

Merci de ton passage sur mon blog. Je viens de m'inscrire au tien :-)

A bientôt,

Nicolas


Bernard 10/08/2009 16:37

Très intéressant ton article. Bonne journée. Bernard

cocojobo 21/08/2009 13:35


Merci Bernard de ta visite.
A bientôt.
Nicolas


Martel Gerard 02/08/2009 10:42

tres interessant ,quelle est la distance entre deux relaiS ?? Gerard

cocojobo 10/08/2009 11:09


Bonjour Gérard,
Il me semble avoir lu que la distance entre 2 relais étaient de 4 lieues soit environ 16 Km.
Nicolas


mimi 01/08/2009 17:30

 C'est curieux, en ce moment Auguste nous apprends beaucoup sur les mariniers et les bateliers (sur BenevolActes) Vous vous complétez... Il manque quelqu'un pour nous parler des "avionneurs" (suis pas sûre du mot !). Ca doit être la période des congés qui inspire toutes ces discussions !PS :  dommage que mon GP n'est plus là pour vous parler des "vieux" chemins de fer !Bisous de mimi 

cocojobo 21/08/2009 13:36



Il y a des moments plus favorables que d'autres ;-)
Nicolas