Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 13:00

Certains ancêtres décèdent dans des communes lointaines de leur domicile, notament dans le cas de marchands ou de mendiants.

 

Si la personne n'est pas connue des villageois de la commune de décès, la sépulture est anonyme, comme les cas suivants à Semur-en-Vallon (72) :

 

"Le trente septembre mil sept cent soixante et trois a esté par nous curé soussigné inhumé dans le cimetière de cette paroisse un pauvre passant decédé au lieu de la guignardière dans cette paroisse le vingt neuf du courant connu dans ce lieu sous le nom de la Fleur âgé d'environ soixante quinze ans. J. ORY"

 

"Le quatorzieme jour de juin mil sept cent soixante dix a eté trouvé mort dans le bois de grandmont un homme inconu et en vertu de lordonnance de Monsieur Le Bailli de cette chatenelie [sic] a été inhumé le landemain par nous soussigné au cimetière de cette paroisse, en présence de François Legoust, de Julien Coqueret marchand, et de plusieurs autres qui ont dit ne scavoir signer hors les soussignés. F. LEGOU, Julien COQUERET, PICHON Curé".

Dans pareils cas, l'acte de décès de nos ancêtres ne peut pas être retrouvé. Heureusement, certains documents permettent de retrouver la date approximative du décès (ou celle de la disparition) ainsi que les circonstances.

 


Les actes de notoriété
passés devant les Juges de Paix peuvent être retrouvés en série U. Ils permettent de justifier la date de naissance ou de décès d'un individu lorsque l'acte n'a pas été rédigé ou a été détruit.

 


Sur l'acte de mariage d'une de mes ancêtres, Catherine LORIOT, le 28 mai 1811 à Beauchêne (41), son père est dit décédé à Conflans-sur-Anille (72) suivant l'acte de notoriété passé devant le Juge de Paix de Mondoubleau (41).

J'ai retrouvé cet acte de notoriété avec lequel on retrouve une lettre de la mairie de Conflans :

 

Mairie de Conflans

Arrondissement de St Calais

Dpt Sarthe

 

Nous adjoint de la ditte commune a la réquisition de Catherine POHU*, laquelle nous a réclamé le décès de François LORIOT, vu qu'on lui avait dit qu'il était décédé en cette commune, nous en avaons fait la recherche, sans avoir pu retrouver.

A Conflans le 22 may 1811

 

BOUFFELIERE, Adjoint 

 

* Catherine POHU est la tante maternelle de l'épouse


Voici la transcription de l'acte de notoriété :

1811 n° 335

27 mai

François LORIOT

Déclaration

Aujourd'hui vingt sept mai mil huit cent onze devant nous Jacques Etienne BEAUSSIER juge de paix du canton de Mondoubleau.

Sont comparuis Catherine POHU veuve en premieres noces de Jean Baptiste ANGER et épouse en troisième (?) noces de Jean Charles BOUVIER (?), journalier, demeurante à Mondoubleau.

Anne CRUCHET veuve de Jean VERRIER demeurante à la Rogère c(ommun)e [de] Beauchêne.

Charles GLANDAS demeurant au bourg de Beauchêne, journalier.

Margueritte MASSELIN épouse dudit Charles GLANDAS demeurante audit bourg de Beauchêne.

Lesquels nous ont déclaré se présenter volontairement devant nous d'après l'invitation que nous leur avons fait faire pour déposer sur ce qui est à leur connaissance relatif à l'absence de François LORIOT époux de Jeanne ANGER demeurante aux Etrises commune de Choue et dont l'épouse depuis l'absence de son mari s'est retiré au Grand Marchais c(ommun)e de St Mars du Cor ou elle est décédée le neuvieme jour de frimaire l'an cinq qe la République françoise ; et nous ont dit savoir la ditte Femme BOUVIER avoir parfait(ement) connaissance que le dit François LORIOT son beau-frère s'est absenté du pays il y a environ dix neuf ans, qu'il colportait quelques marchandises pour faire un petit commerce qui lui aidat à vivre qu'avoir on dix lui moi après son absence Jeanne ANGER sa belle-soeur épouse dudit François LORIOT alla à Conflans département de la Sarthe sur l'avis qui lui fut donné que son mari y était mort, qu'elle rapporta avec elle plusieurs chapelets et mouchoirs de poche qu'elle dit à elle déposant être le reste de la boutique de son mari laquelle déclaration la susditte f(emm)e BOUVIER a affirmé sincère et véritable et sommée de signer a déclaré ne le scavoir.

la ditte V(euv)e VERRIER, qu'elle a parfaitement connu le dit François LORIOT pour l'avoir vu colporter une petite boutique qu'il vendoit sur le marché de Saint Calais et dans la campagne environnante ; qu'il a couché plusieurs fois chez le Mr Louis BEAUGAN ? d'elle déposante et que quelques années qu'elle vint habiter Beauchêne en cette demeure depuis quinze ans, ledit François LORIOT resta malade chez elle déposante à la Mortière c(ommun)e de St Calais qu'il quitta cette retraite et alla à la Terre des Mousseaux commune de Conflans où il décéda quelques jours après qu'elle se rappelle parfaitement d'avoir vu Jeanne ANGER sa veuve vendre à l'enc... au jour de fête à prix second ? le reste de la boutique dudit LORIOT son deffunt mari ; laquelle déclaration elle a affirmé sincère et véritable et sommée de signer a déclaré ne la savoir

le dit GLANDAS, qu'il a également bien connu le dit François LORIOT pour l'avoir vu habiter au lieu des Etrises commune de Choue, qu'il y a environ dix huit ans qu'il a esté d'habiter audit lieu et qu'il se rappelle parfaitement avoir entendu dire lors du décès de la ditte Jeanne ANGER femme dudit LORIOT que ce dernier etoit mort quatre ans avant elle et qu'ensuite ? depuis ce temps il n'a ni vu ni entendu parler dudit LORIOT, laquelle déclaration m'affirma sincère et véritable et a signé  GLANDAS.

la ditte f(emm)e GLANDAS, qu'elle a également bien connu le dit François LORIOT pour l'avoir vu colporter une balle de marchandises dans la commune du Temple où elle demeurait alors, qu'il y a environ dix huit ans elle a entendu dire que le dit LORIOT était mort et que sa femme avait été recevoir sa succession que depuis ce temps qu'il n'a point reparu et qu'elle n'a point entendu parlé de lui ; laquelle déclaration elle m'a affirmé sincère et véritable et sommée de signé à déclaré ne le savoir.

 

Desquelles comparutions et déclarations nous avons donné acte aux dits comparants et avons rédigé le présent pour savoir et valoir à qui de raison et suppléer au défaut de l'acte de décès dudit #

 

Fait et arrêté à Mondoubleau en notre demeure le jour mois et an que dessus.

 

BEAUSSIER

 

Enregistré à Mondoubleau le 27 may 1811 ..... Reçu un franc dix centimes.

 

# François LORIOT que Catherine LORIOT sa fille âgée de vingt deux ans nous a déclaré n'avoir pu se parrer ? malgré la recherche qu'elle en a faitte à la mairie de Conflans Dept de la Sarthe, ce qu'elle nous a justifié par la représentation d'un certificat à elle délivré par le Sr Bouffeliere adjoint de la commune de Conflans.

 


Bonne chance dans vos futures recherches sur cette série.


Voir la suite de l'histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Coco Jobo - dans Généalogie
commenter cet article

commentaires