Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 16:37

La généalogie réserve beaucoup de surprises … notamment au niveau des voyages que nos ancêtres faisaient.

 

Dans ma généalogie, j’ai retrouvé des ancêtres migrants, mais en général, je ne connais pas la cause de ces migrations.

 

Cependant, j’ai retrouvé plusieurs cas où un marié ou une mariée se marie et s’établit dans une commune, parfois éloignée de ses origines, où un proche parent (frère, oncle, cousin ...) est prêtre.

 

 On peut donc supposer qu’une fois nominé dans une paroisse, un prêtre recevait la visite de sa famille. On imagine bien que plusieurs opportunités pouvaient inciter certains membres à s’y établir, en particulier le besoin en main d’œuvre.

 

 

Voici 3 exemples parmi d'autres :

 

* Mon ancêtre, Marie-Anne POIRIER, est née en 1751 à Epineu-le-Chevreuil (72).

 

Elle a un frère, Louis POIRIER, qui devient Vicaire de La Ferté-Bernard (72) en 1771 à l’âge de 27 ans. 3 ans plus tard, il est nommé Vicaire Chapelain d’Avezé (72), commune proche de La Ferté-Bernard , où il restera pendant 17 ans.

 

Marie-Anne POIRIER s’est installée à Avezé (72) où son frère était Chapelain. En effet, elle s’y marie en 1782. Elle semble y rester jusqu’en 1784 … puis part s’installer à Saint-Maixent à 20 Km où elle aura plusieurs enfants, avant de revenir à Avezé en 1791 où son frère est encore Chapelain.

 

Nous ne savons pas où a été nominé son frère entre 1791 et 1810, mais nous le retrouvons en 1810 et 1812 comme Curé de Feucherolles (78).

 

Encore une fois, sa sœur l’a suivi, mais cette fois-ci avec ses 3 enfants (son mari étant décédé).  Ceux-ci se marieront entre 1810 et 1812 à Feucherolles. L’un des fils restera à Feucherolles, un autre s’installera à Versailles et le dernier finira sa vie en Sarthe avec sa femme et ses enfants.

 

 

* Un collatéral, Jean BRANLARD, né à Sainte-Cérotte (72) en 1786, s’est marié en 1812 à Voivres-lès-le-Mans (72) à environ 50 Km de Sainte-Cérotte avec Margueritte GUITTET.

 

Les époux ont du se rencontrer par l’intermédiaire de Denis François GUITTET, cousin germain de l’épouse, qui était curé de Sainte-Cérotte en 1812.

 

  

* De la même façon, Pierre Mathias de CROUSILLAC (arrière arrière-petit-fils d’un couple de mes ancêtres) a épousé en 1776 à Chambourcy (78) la sœur du curé dudit lieu, Marie Magdelaine (de) REISET. Celle-ci était née à Colmar (68).

 

 D’après un généalogiste apparenté à cette famille, son frère Antoine Denis Reiset  était alors prieur et curé  de Chambourcy , étant le protégé et le confesseur des soeurs de Louis XV.

  

   

 

Grâce à ces observations, je me suis donc demandé comment était nominé les prêtres. Le site Internet du diocèse de Nanterre m’a donné la réponse. Au cas où le lien change, en voici un extrait :

 

Comment se font les nominations des prêtres (dans une paroisse, une aumônerie ou un service diocésain ?

 

C'est l'évêque du diocèse avec son conseil épiscopal qui fait les "nominations".  Il confie à chaque prêtre une charge pastorale, il le nomme pour remplir une fonction dans le diocèse.  Ces nominations sont faites après consultation du prêtre concerné.  Un prêtre peut demander son changement en motivant sa demande. Les nominations sont faites habituellement au mois de juin et elles prennent effet au 1er septembre. 

 

Les prêtres sont nommés pour 3 ans ou pour 6 ans et la nomination est renouvelable jusqu'a 9 ans ou 12 ans. Ils reçoivent de l'évêque une "lettre de mission" qui précise le cadre et le contenu de leur mission. 

Les prêtres peuvent changer d'affectation pour des motifs très divers : besoin du diocèse, inadaptation à la tache, problèmes relationnels, raison de santé.

 

Source : http://catholique-nanterre.cef.fr/faq/pretres_nomination.htm

 

 

Sur ce site, j’y ai trouvé les différentes fonctions confiées à un prêtre :

 

Quel est le sens exact des différents termes qui désignent les fonctions confiées à un prêtre?

"Curé" prêtre responsable d'une paroisse

 

"Vicaire" prêtre collaborateur du curé dans une paroisse

 

"Recteur" responsable d'une basilique. Une basilique est une église importante qui n'est pas une église paroissiale, souvent une église de pèlerinage, par exemple basilique de Montmartre. En Bretagne, le curé est appelé recteur.

 

"Chapelain" responsable d'une chapelle. Une chapelle est une petite église qui n'est pas une église paroissiale. C'est souvent une chapelle d'une congrégation religieuse.

 

"Aumônier" responsable d'une aumônerie. Une aumônerie n'est pas une église, mais un service pastoral, par exemple l'aumônerie d'un hôpital ou d'un lycée. 

"Doyen" responsable d'un doyenné. Un doyenné est un secteur géographique qui recouvrent plusieurs paroisses et aumôneries.

 

"Chanoine" membre du chapitre (groupe qui dit l'office liturgique) de la cathédrale. Le titre de chanoine est habituellement  honorifique. Actuellement, il y a peu de chanoine.

"Vicaire général" collaborateur immédiat d'un évêque dans un diocèse.

 

"Vicaire épiscopal" collaborateur d'un évêque dans un secteur géographique ou pastoral déterminé.

"Abbé" supérieur d'une abbaye.

 

 

Si vous avez des informartions sur les nominations de prêtres (notamment nominations d'un diocèse à un autre, sur la recherche dans les archives diocésaines ...), des anecdotes similaires ou des remarques, n'hésitez pas à ajouter un commentaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Coco Jobo - dans Généalogie
commenter cet article

commentaires